Home ACCUEIL Tout savoir sur la Trottinette Freestyle

Tout savoir sur la Trottinette Freestyle

Le petit dernier dans la famille des sports urbains

Inspirée du BMX, la trottinette existe depuis belle lurette.  Longtemps décriée et détestée, cette évolution de la patinette a connu des débuts difficiles et pour cause. Avant d’être un sport à part entière, aujourd’hui respecté et apprécié par ses pairs, la trott souffrait d’une sale image car c’était avant tout un sport pratiqué par les plus jeunes.  Un BMX mais sans pédalier ni selle avec des toutes petites roues et 10 kg de moins donc forcément très maniable et facile à contrôler.
Il y a encore quelques années, on aurait pu placer cette discipline dans les dérivés du BMX mais depuis les années 2000, la trottinette a su gravir les échelons et se faire sa place dans le paysage de la glisse urbaine.  

Son coté accessible et innovant a rapidement séduit les enfants qui ont envahi les skateparks avec leur engin en alu au grand dam des skateurs et autres riders présents sur les modules.  Car vite, les trotti-riders ont envahi les parks et la guerre était déclarée avec les skateurs qui n’ont pas supporté cette invasion massive. Mais les grands perdants de l’affaire, ce sont les riders en roller freestyle car les pratiquants de ce sport qui étaient surtout constitués de jeunes riders se sont tournés vers la trott et cela a contribué à précipiter la fin de la discipline de Taig Khris.
Comme pour le BMX ou le skateboard, il existe plusieurs disciplines en trottinette. On peut ainsi réaliser des figures en skatepark, dans la rue sur le mobilier urbain (street) ou au sol sans modules (flat). On peut même en faire dans la neige avec un snow-scoot (on remplace les roues par des spatules). 


L’histoire
À la base, c’était juste un jouet vendu en grande surface ou au pire, un moyen de transport maniable. Mais à force de voir leurs ainés faire les foufous avec leur vélo, les enfants voulaient les imiter avec leur patinette et très vite, la discipline du freestyle fut créée. Après plusieurs tentatives peu fructueuses dans les années 80 comme le Fun-scoot, le Shisterbike ou le Trotti-scoot qui se sont soldés par des échecs cuisants, la trottinette a connu ses heures de gloire au début des années 2000 et la démocratisation de ce moyen de transport ultra pratique. Dans tous les pays du monde, la trottinette pliable en alu a connu un essor incroyable et s’est imposée rapidement quel que soit l’âge ou le style de personnes. Qu’on soit cadre à la Défense ou étudiant, tout le monde se déplaçait en trottinette au début du 21eme siècle. 
Chez les riders, ce mix de skate et de BMX a aussi séduit les plus jeunes et très vite, l’idée de réaliser des figures avec cet engin est devenu incontournable. Une cohabitation plutôt compliquée au début, voir catastrophique mais l’image de ce «loisir pour enfant » a lentement fait place au sport à part entière que l’on connait aujourd’hui.
La discipline appelée « scooter » chez nos amis anglophones a vu le jour officiellement entre les années 1999 et 2000 avec une évolution simultanée en Australie et aux USA. Et c’est en Suisse que ce nouveau sport va principalement se démocratiser en Europe avec la toute première compétition de trottinette freestyle nommée « Montreux Scooter Contest » qui a eu lieu dans la ville du même nom.
Le premier championnat du monde a eu lieu en 2012 à Liverpool (remporté par l’Américain Dakota Schuetz) et son intégration au FISE (Festival international des Sports Extrêmes) de Montpellier a eu lieu en 2013. À noter également que des démonstrations de trottinette freestyle ont été réalisées lors des Jeux Olympiques de la Jeunesse de Lausanne en 2020. 
Ce qui ne devait être qu’un effet de mode s’est définitivement imposé et la trott est aujourd’hui, un des sports urbains les plus pratiqués et appréciés des jeunes riders.

« Aujourd’hui, plus de 70% des engins de glisse dans un skatepark sont des trottinettes » affirme Rémi du Peloux, président de la commission de roller freestyle à la Fédération Française de Roller (FFR).

Anecdote : le skate vient de la trottinette
C’est surement dur à croire et à accepter mais l’ancêtre du skate, c’est la trottinette !!!
Le premier nom de la trottinette est la patinette et le terme « skate » veut bien dire « patiner ».  L’ancêtre du skateboard est apparu vers la fin des années 1930 à New-York nous dit l’histoire. Et à la base, ces planches à roulettes avaient un guidon, ou plutôt un cageot et un tasseau qui faisaient office de guidon pour diriger l’engin. L’origine du skate était bel et bien cette patinette souvent fabriquée de manière artisanale et pas très maniable puis il a évolué assez rapidement. D’ailleurs dans le film « Retour vers le futur« , ils y font une allusion plus que marquée. Donc celui qui était là en premier, c’est bien la trott !


Les riders de légende

L’Australien Ryan Williams
Ryan Williams est une exception. Il était le premier à bousculer les codes et adapter des tricks de trott sur un 20 pouces et c’est l’un des seuls au monde capables de créer dans les deux sports. Il a réconcilié les deux mondes et a largement participé à la démocratisation de ces sports cousins. L’australien a inventé un bon paquet de tricks comme le front flip nothing où il jette son engin devant lui et le récupère en plein vol après un tour complet. Une figure folle reprise ensuite par de nombreux riders en trottinette, BMX et même en VTT !   Ryan fait aujourd’hui partie de la célèbre équipe du Nitro Circus dirigée par le fameux Travis Pastrana et sa tournée internationale de shows extrêmes. Et de façon unanime, il est apprécié de tous pour avoir réunifié et réconcilié les pratiquants de glisse urbaine avec un guidon dans les mains.

L’Anglais Jordan Clark
Âgé de seulement 22 ans, le britannique Jordan Clark a déjà un beau palmarès en trottinette freestyle : triple champion du Monde et triple champion d’Europe, rien que ça et c’est amplement mérité. Il a été remarqué suite à une grosse compétition à Barcelone en 2015 puis il ne s’est plus arrêté. Depuis il participe à tous les plus gros évènements internationaux comme le FISE ou le prestigieux Nitro Circus. Il y a même eu droit à son documentaire sur Amazon Prime intitulé « Machine in Girls Jeans ». Cet ex-rider de BMX a révolutionné la discipline avec des tricks inédits comme le double Flair double whip ou encore triple flair en courbe.  Avec ses trois victoires au championnats du monde (2015, 2016 et 2018) et ses podiums successifs, l’anglais est incontestablement l’un des plus grands noms de la discipline. 

L’Américain Dakota Schuetz
Le californien de 27 ans et il a lui aussi trois titres de champion du monde (2012, 2013, 2014) et c’est aussi le premier grand champion que le public a connu. Appelé aussi Kota ou «the Machine», Dakota détient le record du plus grand nombre de victoires en compétition. Le rider américain est aussi connu pour être le premier humain à réaliser un 1080° (trois tours en l’air) avec sa  trottinette en contest et aussi un flair au sol ( salto arrière avec une rotation) sans aucun tremplin !

Quitter la version mobile
X