L’équivalent du Championnat du monde de bboying (breakdance) le Red Bull BC One, c’est ce samedi à Nagoya, Japon. Cultures Urbaines a rencontré les deux frenchies dans les starting blocks à Nagoya quelques heures avant le battle.

Ils sont deux. Le stéphanois Soso, 28 ans et le lyonnais Willy, 21 ans. Mais attention, ils n’ont pas suivi le même circuit. Pour le premier, c’est officiel depuis juin dernier, il danse samedi lors de la finale internationale face aux autres 14 qualifiés d’office comme étant parmi les meilleurs internationaux du circuit : l’américain Victor, le tenant du titre, plus déterminé que jamais, mais aussi le brésilien Neguin qui a déjà remporté la ceinture de champion du monde sur les terres nippones en 2010, le coréen Hong10 qui a déjà à son actif 2 titres de champions du monde et qui se verrait bien en remporté un troisième pour marquer l’histoire.

La concurrence est bien là, mais c’est un Soso fin prêt que nous avons rencontré dans le lobby de l’Hôtel des Bboys au cœur de Nagoya. « J’ai suivi une préparation auprès du stéphanois Sylvain Thomas qui encadrent de grands combattants de MMA. Il m’a entraîné pour la compétition qui endure des passages de 3 minutes maximum. J’ai travaillé pas mal le cardio mais aussi la proprioception, le travail des petits muscles près des tendons ! » Son passé de judoka, il est ceinture marron depuis l’âge de 16 ans, assurera également son mental de compétiteur.

soso credits photos : Little Shao
SOSO – credits photos : Little Shao

« Dès le premier tour, faut que je me démarque. Je ne pense plus aux autres. Je sais qu’ils sont bons !  Je suis prêt mais je ne vais pas me mettre la pression. C’est un combat contre moi-même. Mon arme c’est ma personnalité. J’ai le style français, de l’arrogance, du rentre-dedans, un esprit de compétiteur, un peu showman aussi, sans en faire trop. Si quelque chose m’inspire j’y vais-je le fais ! A deux jours de la rencontre, j’attends… je ne force pas. L’ alimentation ? J’ai essayé de faire attention mais c’est le plus dur… (rires) Et depuis que je suis au Japon, comme je ne peux pas manger de viande ni de poisson, je suis devenu végétarien depuis une semaine, ça me fait du bien aussi ! »

soso credits photos : Little Shao
SOSO – credits photos : Little Shao

Pour le second français, il doit encore se qualifier lors du Last Chance Cypher. Mais à propos de chance, la sienne a été mise à rude épreuve, puisque c’est à peine quelques heures avant le battle qu’il a atterri en terre nippone… Et oui, les grèves chez la compagnie Lufthansa ont fait des siennes. C’est à sa sortie de l’aéroport et à peine quelques heures avant qu’il puisse jouer sa dernière carte au Last Chance Cypher, que nous l’avons rencontré, un peu décalé mais sur un petit nuage.

willy credits photos : Little Shao
WILLY – credits photos : Little Shao

« Je suis heureux d’être là surtout. Je suis le BC One depuis que je suis tout petit, et mon rêve c’était de venir au Japon… J’ai atteint certains de mes objectifs. »  C’est face à 38 bboys du monde entier, qui comme lui ses sont qualifiés lors de cyphers nationaux, qu’il va devoir se démarquer tout à l’heure, dans un premier temps par un passage qui sera noté par le jury, puis s’il obtient l’une des 16 meilleures notes, il pourra passer en one / one et peut-être l’emporter pour rejoindre Soso samedi pour la grande finale internationale.

willy credits photos : Little Shao
WILLY – credits photos : Little Shao

Suivez Live du championnat international de break dance en solo Red Bull BC One à Nagoya à suivre en direct sur Red Bull TV samedi à partir de 11H30 heure française.

Sheyen Gamboa

Crédits photos : Little Shao

LAISSER UNE RÉPONSE