Le rendez-vous français et européen de tous les fans de la culture sneakers avait lieu le week-end dernier à Paris. cultures-urbaines.fr y était!

Le week-end dernier (10 et 11 septembre 2016) avait lieu à la Cité de la Mode et du Design de la capitale française, la troisième édition de l’évènement Sneakerness Paris. Une occasion pour particuliers/professionnels, nouvelles marques/grosses firmes de venir présenter les plus beaux, les plus rares et les tous nouveaux produits prêts à chouchouter nos petits petons en cette rentrée 2016.

sneakerness-paris-10-11_09_2016-credit-photo-ill_y0-29 sneakerness-paris-10-11_09_2016-credit-photo-ill_y0-20 sneakerness-paris-10-11_09_2016-credit-photo-ill_y0-18

Un nouveau lieu pour cette 3ème édition qui nous avait habitué à la grande halle du 104, cependant notre déambulation dans ces nouvelles étroites allées sera tout de même prolifique. Se croisent sans jamais se marcher sur les pieds (la phobie du collectionneur) passionnés, revendeurs, simples curieux et même acheteurs du dimanche prêt à tout pour tomber sur la bonne occasion. Et c’est le moment car on y trouve de tout, à l’entrée du salon nous tombons sur le stand de l’un des revendeurs de sneakers le plus connu et le plus réputé sur le marché européen, Larry Deadstock, il nous confie: « S’il y a une paire à avoir en ce moment c’est la Nike Air Jordan I « Bred ». C’était assez difficile de l’avoir malgré les quantités et nous sommes contents d’avoir réussi à en avoir une bonne quantité. Nous en vendons beaucoup sur le stand ». Son stand est l’un des plus grands de Sneakerness Paris 2016 et l’on y retrouve tous les plus gros hits de l’année écoulée.

sneakerness-paris-10-11_09_2016-credit-photo-ill_y0-7 sneakerness-paris-10-11_09_2016-credit-photo-ill_y0-48 sneakerness-paris-10-11_09_2016-credit-photo-ill_y0-47

De hits a tour de bras donc, mais pas que, avec des stands plus spécialisés comme celui des parisiens Sergio & Luigi, situé à l’autre bout du salon. Eux vendent exclusivement des modèles dits vintages, ils nous expliquent: « Pour nous, Sneakerness Paris permet de faire découvrir au plus grand nombre le délire vintage. Notre stand est particulier par rapport aux autres, mais il y a beaucoup de bons retours de la part des gens. Les jeunes voient des paires qu’ils n’ont pas l’habitude de voir, et ça c’est bien! ». Dans la même veine, mais avec de la vente de jerseys, de vestes Teddys ou autres casquettes vintages en plus des sneakers, le stand des francilio-landais de Snapster, spécialiste de la mode des années 90, fait bonne figure, le co-gérant nous détaille: « Nous avons déjà fait le Sneakerness Paris deux fois et ça c’est toujours bien passé. Aujourd’hui il y a beaucoup de monde. Les gens qui nous achètent des vêtements ne sont pas vraiment ceux qui achètent des sneakers à des prix exorbitants. Ils ont un plus petit budget, attendent d’avoir un coup de coeur, ou bien ce sont de gros acheteurs mais qui n’ont pas trouvé leur bonheur, alors ils se rabattent sur une veste bien moins chère. Nous pratiquons beaucoup de petits prix ».

sneakerness-paris-10-11_09_2016-credit-photo-ill_y0-6 sneakerness-paris-10-11_09_2016-credit-photo-ill_y0-27 sneakerness-paris-10-11_09_2016-credit-photo-ill_y0-2

Nous croisons également des figures connues du monde de la sneaker française avec le stand de l’influenceuse Merystache que l’on retrouve régulièrement sur les salons européens, pour elle: « C’est important d’être au Sneakerness Paris pour rencontrer les gens dans la vraie vie. C’est très important pour moi. D’habitude nous nous parlons que via Instagram/Snapchat/Facebook, or j’ai toujours besoin de ces vrais contacts plutôt que tout cela reste virtuel ». Le marseillais Driss Og qui est une figure importante de la basket en Europe, a également fait le déplacement et son stand trône en bonne place au milieu du salon, il nous dit « C’est important pour moi de rencontrer les personnes, de les revoir, de discuter avec eux. J’ai également pas mal de projets avec des amis en commun que je peux revoir ici, c’est un moment pour se voir et discuter. Il y a notamment le Sneakers Museum qui a ouvert ses portes le 1er septembre à Marseille, et je vous attends tous le 25 septembre pour le salon marseillais de la sneakers: Bombaataa. »

sneakerness-paris-10-11_09_2016-credit-photo-ill_y0-33 sneakerness-paris-10-11_09_2016-credit-photo-ill_y0-31 sneakerness-paris-10-11_09_2016-credit-photo-ill_y0-24

Cette troisième édition du salon Sneakerness Paris, était également l’occasion de se procurer (comme tous les ans) des modèles inédits de sneakers, élaborés et disponibles uniquement lors de l’évènement. C’est le cas de la marque CLAE qui s’est associée à Sneakerness Paris pour sortir le modèle CLAE Bradley X Sneakerness Paris 2016 limité à seulement 350 exemplaires. Présent sur le salon, le représentant de CLAE France nous détaille cette collaboration inédite: « Tout est parti d’une discussions avec Francky (NDLR l’organisateur de Sneakerness Paris). Il aimait le modèle Bradley de chez CLAE et nous cherchions une histoire matière intéressante que nous n’avions pas encore exploité dans la collection. Francky a eu l’idée de ce noir mat. Nous avons donc développé un matière qui mélangerait le cuir pleine fleur (NDLR utilisé sur tous les modèles CLAE) à du rubber, donnant ainsi cet aspect mat et totalement imperméable. Nous souhaitions associer l’élégance à la fonctionnalité. En plus du travail sur la matière, nous retrouvons les logos Sneakerness et CLAE en dorés à l’intérieur de la paire, mais également ton sur ton sur la languette extérieure ».

sneakerness-paris-10-11_09_2016-credit-photo-ill_y0-35 sneakerness-paris-10-11_09_2016-credit-photo-ill_y0-11 sneakerness-paris-10-11_09_2016-credit-photo-ill_y0-12

Et « Last but Not Least », une autre magnifique collaboration venait ponctuer ce week-end dédié à la sneakers, avec la sortie exclusive du « Paris Patriot Pack » avec la firme PUMA et limité à 250 exemplaires. Nous avons pu recueillir quelques mots du responsable marketing lifestyle de PUMA France sur cette collaboration unique: « PUMA collabore avec Sneakerness Paris depuis 3 ans. Au départ c’était une simple personnalisation de chaussure, mais Francky (NDLR l’organisateur de Sneakerness Paris) a été le premier a vouloir aller encore plus loin en proposant un modèle in-ligne unique. Notre collaboration s’est très bien déroulée lors de la première édition et un partenariat s’est mis en place à partir de là. Nous avons donc collaboré pour la deuxième édition et nous revenons cette année avec ce PUMA « Paris Patriot Pack » X Sneakerness Paris 2016, composé de deux paires ».

sneakerness-paris-10-11_09_2016-credit-photo-ill_y0-40 sneakerness-paris-10-11_09_2016-credit-photo-ill_y0-41 sneakerness-paris-10-11_09_2016-credit-photo-ill_y0-39 sneakerness-paris-10-11_09_2016-credit-photo-ill_y0-38

Au détour des stands, nous avons pu nous entretenir avec l’organisateur de l’évènement, Francky B. Il répond à nos questions:

ILL YO’ – Qu’est ce qui change par rapport aux éditions précédentes?

Francky B. – Le lieu, la vibe et la possibilité de montrer aux gens que Sneakerness Paris n’est réservé à personne et qu’il est fait pour tout le monde. On nous a souvent reprocher d’être élitiste. Aujourd’hui nous organisons le Sneakerness Paris par passion et s’il y en a qui partage notre passion, alors ils font parti de notre mouvement.

ILL YOPeux-tu nous détailler cette collaboration spéciale avec la marque CLAE?

Francky B. – Tout est parti d’une envie mutuelle entre la marque CLAE et Sneakersness Paris d’avoir un autre discours au sein du salon car le monde de la sneaker aujourd’hui s’est énormément élargi. Le représentant français de la marque est un passionné de voitures vintages et lors de nos premiers échanges nous avons discuter de vielles bagnoles, or j’ai toujours aimé les veilles Porsche. La silhouette du modèle Bradley de chez CLAE nous a fait penser à une vieille bagnole que l’on aime (NDLR qui était d’ailleurs présente sur le stand de la marque). Nous avons donc repris cet aspect cuir vieilli de la voiture pour l’adapter à la basket, tout en restant discret, sobre et classe pour proposer cette chaussure a des gens qui ont envie de faire partie de la culture sneakers sans être forcément des aficionados de la basket.

ILL YOEgalement, nous retrouvons pour la troisième année consécutive, une collaboration avec la firme PUMA. Peux-tu nous expliquer vos choix pour arriver à un tel résultat?

Francky B. – Je suis parti designer ces chaussures le lendemain des attaques du Bataclan. J’étais touché par les évènements. Je suis parisien et j’aime beaucoup ma ville. J’ai voulu montrer que nous étions patriotes mais également sensibles à notre ville. Faire le Sneakerness à Paris c’est aussi ça. Nous voulons montrer cette culture de la sneaker a encore plus de gens, qu’ils se disent qu’il se passe quelque chose à Paris. L’idée derrière cette collaboration est là.

J’ai eu la chance que personne n’est déjà collaboré sur ce modèle, j’avais envie d’être le premier. C’est une silhouette qui est dans l’ère du temps et qui reprend les codes d’autres modèles qui fonctionnent. Sa silhouette est intéressante. Les deux paires se complètent. L’une représente l’union de la patrie et l’autre représente les personnes qui sont sorties dans la rue lors des attentats pour nous faire sentir en sécurité.

Sneakerness Paris est le seul évènement sneakers a collaboré avec une grande marque de footwear. Ce n’est pas rare! Ca n’existe pas!

ILL YODerniers mots?

Francky B. – Merci! Merci à vous! Merci à toi! Merci à tous les gens d’avoir fait la queue tôt ce matin! Merci à tous les gens qui nous ont supporté sur les réseaux sociaux et qui ont poussé notre actualité de communication! Merci d’aimer la même chose que nous, vous nous le montrez en venant chez nous! Et si vous payez votre entrée, achetez votre collaboration, c’est que vous aimez ce que l’on fait. Et tout ceci est fait avec amour.

 

Article écrit par ill_y0

Propos recueillis par ill_y0

Crédits photos: ill_y0

 

 

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here