La compagnie Au Delà Du Bleu nous parle de son concept alliant sports extrêmes et danse

Peux tu nous présenter la compagnie ?

La compagnie Au Delà Du Bleu (ADDB) créée en 2012 est une compagnie de danse contemporaine et de vidéo basée à Lyon (69). J’y occupe le rôle de chorégraphe et vidéaste.

Quelle est la ligne directrice de la compagnie ?

À travers nos projets nous essayons de relier la danse, la vidéo et les sports extrêmes. Nous évoluons sur scène mais aussi dans et en lien à l’espace urbain et naturel. Le rapport à la musique, aux bruitages est aussi un appui important dans nos différents projets.

Pourquoi avoir choisis les sports extrêmes ?

Je suis un grand fan de vidéos de sport de glisse, je passe mon temps à chercher et regarder les nouvelles vidéos et actualités. J’aime le côté innovation que l’on rencontre actuellement en terme d’image et de performance dans ces concepts. La danse et les sports de glisse sont deux univers qui ne sont pas si éloignés que ça. Ils impliquent tous les deux une extrême précision ainsi qu’un engagement physique composé d’un enchainement successif de mouvements, de vrilles (torsions pour la danse) et de sensations. J’ai besoin de me nourrir des sensations rencontrées dans le sport pour nourrir mes créations, danser différemment…

Pratiquez vous l’un de ces sports ?

Je suis originaire de l’île de Noirmoutier, j’ai été plongé rapidement dans les sports liés à l’océan, notamment la voile que j’ai enseigné lors de différentes saisons.
A côté de la danse par plaisir, je pratique le ski, l’escalade et le longboard de route.

Comment décortiquez vous le sport et la danse afin de pouvoir les réunir ?

Tout dépend du sport rencontré.Chaque sport a pour moi un rapport différent à la danse, qui peut être mis en évidence par le biais de valeur de plan, de mouvements opposés ou simultanés. Les différentes disciplines sportives peuvent aussi se mélanger entre elles. C’est un travail que je commence juste à explorer, j’ai les idées, les images en tête mais il faudra une réelle recherche, et de nombreux essais avant de pouvoir sortir le film intitulé « Traces, explore your mark ».

Quelles sont les principales difficultés rencontrées ?

Pour l’instant, c’est le temps, l’organisation et le budget … La compagnie est actuellement sur sa prochaine création « L’ivresse d’une approche », ce film sera la prochaine étape. Nous sommes à la recherche de partenaires et de sponsoring pour nous accompagner dans cette aventure.

Peux tu nous parler de votre 1er création avec le longboard ?

La dernière création urbaine de la compagnie s’intitule « Trio pour deux danseurs et un Longboard ». C’est un spectacle qui se joue en rue. Ce trio explore les possibilités d’utiliser le Longboard comme objet propre mais aussi en le détournant. C’est là qu’intervient la notion d’imaginaire à partir d’un élément du paysage urbain. Comment le mouvement du Longboard peut influencer et modifier les mouvements et les trajectoires.

Pour les autres créations, quels sont les profils que vous recherchez ? Que des danseurs ?

Pour la prochaine création, je travaille avec le photographe et auteur Guillaume Ducreux et le compositeur et musicien Bertrand Blessing.
Pour le film, ce n’est pas encore d’actualité, je rencontre petit à petit les riders avec lesquels j’aimerais travailler… Pour les danseurs, cela viendra dans un second temps.

Quels sont les sports que vous allez utiliser ?

Pour l’instant, je ne peux pas trop les dévoiler car rien n’est sûr, mais dans l’idée j’aimerais travailler avec le longboard, le base- jump, le wingsuit, le bmx, et d’autres sports …

Quels sont les endroits où vous allez filmer ?

Il se déroulera dans différents lieux urbains et naturels. C’est l’atmosphère qui se dégagera des différents endroits qui donnera un goût unique au film. Je ne désire pas tricher, je veux jouer et me servir des contraintes présentes sur place pour faire ressortir au mieux le mouvement dans une ambiance sonore et visuelle propre à chaque lieu.

Quelles sont les prochaines échéances importantes pour vous dans les mois à venir ?

Dans cette saison la création de l’exposition urbaine « L’ivresse d’une approche ».Ce sera un spectacle reliant différents arts, un voyage dans le monde du cinéma, de la photographie et du mouvement. Une traversée chorégraphique dans des espaces urbains et naturels. La première étape du processus créatif sera de se confronter à des lieux chargés d’histoire, aujourd’hui abandonnés. Une architecture qui se dessine, un corps en mouvement qui se confronte à d’autres matières que le sol d’un studio. Toucher, sentir, donner naissance à une approche unique entre un corps et les matières de ces lieux. La danse prendra place à travers l’exposition.

Quelque chose à rajouter ?

Dans la trame du film « Traces », l’empreinte laissée et la façon de faire corps avec les lieux et les matières m’apportent beaucoup. Comment nous nous imprégnions des lieux et quelle trace nous laissons derrière nous. Explorer un lieu et y laisser son passage.
Dans ce film, nous allons nous réunir pour mettre en commun nos pratiques et notre sens du mouvement afin de pouvoir les partager avec vous.
Pour pouvoir la réaliser dans les meilleures conditions, et pouvoir par la suite faire un travail de diffusion, nous recherchons des partenariats qui nous apporteraient une aide financière ou une aide matérielle.

Pour les marques qui voudraient être partenaires, cela leur donnerait une image plus artistique tout en restant dans un esprit sportif et surtout l’opportunité de s’adresser à un nouveau public. Nous sommes constamment à la recherche de renouveau, de la plus belle image, du plus beau concept, relier la danse contemporaine aux sports extrêmes est une opportunité à saisir. Je suis sûr de la réussite de cette affiliation, d’un point de vue publicitaire pour le producteur ou sponsor et d’un point de vue esthétique d’un nouveau genre.

LAISSER UNE RÉPONSE