KEVIN MEYER spécialiste du Bmx Flat (Interview)

Peux tu te présenter en quelques mots.
KEVIN MEYER : Kevin Meyer, Roannais (42), Alençonnais à temps partiel, rideur BMX Flat depuis 2005, membre du TEAM OWNSTYLE BMX et organisateur du ABC of FLATLAND (Alençon Bmx Contest). Rockstar Youtube (blague) malgré moi avec 1 000 000 de vues sur ma chaîne.

Peux tu expliquer en quoi consiste le FLAT ?
KEVIN MEYER : Flat (ou Flatland) veut dire « Terre plate », basiquement c’est le fait d’évoluer sur un sol plat, sans module (contrairement au skatepark). On enchaine des figures sur la roue avant, la roue arrière et le but étant de partir des pédales pour revenir sur les pédales sans poser le pied au sol.

kevin meyerComment es tu arrivé à passer pro dans le bmx ?
KEVIN MEYER : En BMX Flat, passer pro est un « choix ». Les catégories sont libres (Amateur/Expert/Master/Pro), mais il est déconseillé d’intégrer une catégorie supérieure si l’on n’a pas le niveau. J’ai fait ma première compétition en 2007 en Expert avec un classement moyen (15eme /25 il me semble) puis, à la deuxième compétition j’ai fait 1er, la 3e aussi et j’ai enchainé pendant un an ou deux les podiums. Pour me mettre un coup de pied au *** et me booster un peu j’ai rejoint la catégorie Master où j’ai eu aussi quelques podiums sur certaines compétitions. La marche pour atteindre la catégorie Pro est en revanche beaucoup plus haute…
Faisant des shows à travers la France depuis 2 ans et étant sur le point de vivre partiellement ou à 100% du BMX, je me suis dit qu’il était temps de passer définitivement le cap. Les démos et les compétitions sont très différentes, les figures ne sont pas les mêmes et un rideur de show n’est pas forcement bon en compétition et inversement… Il m’a fallu adapter mon riding en fonction de la situation.
2014 a été une année difficile pour moi car j’ai été opéré du genou (6-9 mois d’arrêts) mais ça m’a permis de reprendre confiance en mon riding et d’intégrer le monde professionnel sans frein (aussi bien sur mon vélo que sur mes capacités physiques).

Quel est le planning d’une journée pour un pro ?
KEVIN MEYER : C’est tout frais pour moi encore je suis rideur à 100% seulement depuis décembre, mais je dirai que chaque journée est différente. J’essaye de rouler un peu le matin, c’est une session d’échauffement pour me réveiller, j’enchaine avec un peu d’exercice avant de manger. La session de l’après-midi est plus intense, je m’entraine sur des figures de shows et de compétitions. Pour le show je choisis en général une place où il y a un peu de passage pour voir le regard des gens, si les tricks plaisent ou pas. Pour la partie compétition j’aime m’entrainer seul (sans public, mais avec des rideurs) pour répéter encore et encore des figures plus techniques.
J’ai toute la journée mon smartphone sur moi, je poste sur Instagram, Facebook ou Snapchat des actus pour ceux qui me suivent (pour le coté fun) mais sinon je checke régulièrement mes e-mails, je rappelle des clients pour des shows et je gère l’actu OSBMX (pour le coté pro).
Le soir je travaille sur le site ou les actus sur les réseaux sociaux de MA page et celle d’OSBMX et je prospecte pour de nouveaux contacts. Pas vraiment de weekend ou de temps pour souffler, je vie BMX à 90%, mais je me laisse du temps pour voir les quelques personnes qui sont proches de moi pour garder la motivation nécessaire pour ne rien lâcher.

kevin meyer

Un mouvement que tu travailles et qui te résistes ?
KEVIN MEYER : Plus d’un ! Mais tout est possible, si on s’acharne sur une figure elle passera tôt ou tard. J’en ai quelques une en tête mais qui ne parleront à personne dans cette interview, donc je vais citer la plus « simple » visuellement : Pedaling time machine (Je suis sur la roue arrière, sur les pédales au-dessus de la colonne de direction en tournant sur moi-même et je pédale) pour les novices du langage Flatlandistique, je vous invite à checker sur Youtube ce sera plus parlant 😉

 

 

Un petit conseil pour ceux qui voudraient se lancer ?
KEVIN MEYER : N’hésitez surtout pas à trouver des rideurs (pros ou pas) qui ont de l’expérience, bougez même s’il le faut, tous les rideurs en France et à l’étranger seront prêt à vous accueillir pour une session, moi le premier. Le Flat est une grande famille.
Ensuite niveau matos, un BMX simple pour commencer (histoire de ne pas lâcher 500€ pour arrêter 3 jours après), 4 pegs (cal pieds), si possible adapté pour le Flat (cadre un peu plus court, vélo léger). Mais sur le principe on peut débuter avec n’importe quoi.
Dernier conseil : Dites-vous que tout est possible, plus vous roulerez et plus vous allez progresser et avoir envie de continuer jusqu’à ce que ça devienne une drogue (mais saine pour le corps, ou presque si on ne compte pas les coups sur les tibias…)

En quoi consiste OS BMX et présente nous Joris Bretagnolles ?
KEVIN MEYER : OSBMX (OwnStyle BMX) est le nom sous lequel Joris et moi nous nous présentons pour faire des démonstrations de BMX Flat. OwnStyle : « Notre propre Style » pour dire que nous essayons de repousser les limites du show classique. On a intégré des leds (lumières) sur nos bmx pour certains shows et nous répondons à de multiples demandes : Cabarets, Lycées, Universités, Festivals, Concerts, Lancements produit, Publicités, Clips musicaux, Anniversaires surprises, Inaugurations, Remises de prix etc. (la liste est infinie).
On a notre site http://osbmx.fr et notre page http://facebook.com/ownstylebmx
JORIS BRETAGNOLLES, comment le présenter ? C’est l’amour de ma vie…
Plus sérieusement, c’est un rideur que j’ai rencontré il y a presque une dizaine d’année par hasard. Il organisait un rassemblement de rideurs vers chez lui à Chessy-les-mines (69) et c’est là où j’ai pu me mettre vraiment sérieusement au BMX. On s’est recroisé sur différentes manifestations et il y a 4-5 ans on a commencé à faire des voyages ensemble sur des compétitions, à rouler plus souvent ensemble et on a décidé de se lancer tous les deux dans le show BMX Flat. Depuis on ne se lâche plus, nous sommes quotidiennement au téléphone pour trouver de nouvelles idées, de nouveaux projets…
Joris a entre autre fait 5e aux championnats du monde il y a 2 ans et a remporté plusieurs compétitions en Pro. A nous deux nous sommes un bon mélange de style en BMX, j’ai aussi des connaissances en communication (j’ai un Master en Marketing Digital) et lui a une plus grande expérience que moi dans le milieu BMX Pro, on se complète assez bien et le fait que ce soit mon meilleur pote joue beaucoup sur la qualité de nos shows.

kevin meyer

Comment vois-tu la scène BMX en France en 2015 ?
KEVIN MEYER : Je vais parler de la scène BMX flat car c’est celle que je connais le plus. Quand j’ai commencé l’ambiance était familiale, beaucoup de jeunes (moi compris) débutaient et il y avait un large éventail de niveau. Depuis 3-4 ans on retrouve moins de nouvelles têtes sur les compétitions ou en vidéo, peut-être que les débutants restent dans leur coin et c’est dommage. Il faudrait qu’on arrive à redynamiser la scène française en donnant envie aux jeunes ou moins jeunes de se mettre au BMX. Depuis quelques semaines j’ai réussi à motiver un gars de 15-16 ans (Alban Verdet), je lui ai prêté un bike que j’avais et je lui montre des tricks et il progresse pas mal, en plus d’être addictif c’est un super moyen d’éducation (patience, contrôle, persévérance, confiance en soi…) le Flat m’a aidé à avoir la vie que j’ai aujourd’hui et je ne peux que souhaiter que ça soit le même schéma pour des nouveaux dans le milieu. Si chacun pouvait motiver à son tour d’autres rideurs, la scène pourrait se renouveler et ce serait vraiment génial pour notre sport.
Mais je suis confiant pour 2015, ALEX JUMELIN, légende du BMX Flat revient en France et semble déterminé pour mettre un coup de pied dans la fourmilière. Le Flat français a un bel avenir mais a besoin de rideurs motivés pour le faire évoluer.

10532555_10205381320632446_7520453390929850397_nPeux-tu nous présenter le ABC of Flatland 2015 – International BMX Contest ?
KEVIN MEYER : ABC (Alençon Bmx Contest)  of Flatland c’est un projet que j’ai réalisé en 2013 pour mes études avec Mathilde Maltaire, Benjamin Hurel et Maxime Charbit (étudiants avec moi). On voulait montrer à la ville la discipline du BMX Flat. En l’espace d’un mois on a réussi à passer d’une petite démonstration locale à l’une des plus grosses compétitions internationales de BMX en France. Le succès vient de beaucoup de paramètres, le principal étant la chance ! Mais aussi la présence de VIKI GOMEZ (rideur Redbull et ex champion du monde) qui a soutenu les deux premières années la compétition et a favorisé le bouche à oreille. Mon carnet d’adresse de rideurs à beaucoup aidé aussi, EDA (Ensemble Dynamisons Alençon) et la ville d’Alençon nous ont permis financièrement de faire vivre cette compétition et le cadre de la Halle au Blé (voir les photos sur ABC FLATLAND) est magique.
Depuis on est passé de 25 rideurs à 75 l’année dernières dont 30 pros internationaux, le contest s’est placé comme le RDV incontournable pour tous les rideurs et de plus en plus de sponsors et de médias s’intéressent à cet événement. C’est un beau bébé que j’ai eu la chance de porter avec l’aide des partenaires, de la mairie, des étudiants et de l’enthousiasme des alençonnais face à ce sport encore méconnu.

 

Quelles dates importantes pour toi en 2015 ?
KEVIN MEYER : 14-15 Février (ABC of Flatland) bien sûr ! Après je vais faire toutes les compétitions possibles pour m’entrainer cette année, connaitre mes points à améliorer. Le F.I.S.E (Festival International des Sports Extrême) à Montpellier est une grosse étape qui me motive beaucoup. Je vais essayer de voyager un maximum et faire le plus de show possible, n’hésitez pas à me contacter si vous avez un événement près de chez vous 😉

Quelque chose à rajouter ?
KEVIN MEYER : Quelques remerciements, je n’ai pas l’occasion d’en faire souvent. A nos partenaires d’abord KHEBikes pour les vélos à leds, Le Baronet Noir Barber Shop de Lyon qui prend soin de nous pour que l’on reste toujours au top capillairement parlant, Leds Flexible qui nous aide pour le matos leds. Ma famille qui me soutien et m’aide dans mes projets, Joris Bretagnolles évidemment avec qui j’espère passer de nombreuses années BMXtiques. Nasty, Justine et mes potes de riding de Roanne pour toute la motivation quotidienne !
Enfin merci à Cultures Urbaines .fr pour cette interview et pour s’intéresser au monde du BMX Flat 😉

 

 

 

Retrouvez la page Fb de CULTURES URBAINES .FR

1 COMMENTAIRE

  1. Merci pour cette interview très complète, c’est toujours un plaisir de s’exprimer sur notre sport qui manque encore de médiatisation. Continuez comme ça !

    Kevin Meyer – Own Style BMX

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here