La consommation de cannabis en Europe et France

Depuis la mise en place de la prohibition du cannabis au vingtième siècle, la plupart des gouvernements occidentaux ont mis en place des politiques de répressions qui se sont généralement soldés par des échecs cuisants. Un des objectifs premiers de ces politiques visaient la protection de la jeunesse face à l’usage de la marijuana. Mais qu’en est-il dans notre contexte actuel ou plusieurs états on mis en place des solutions alternatives comme la dépénalisation voire la légalisation du cannabis? Est ce que la consommation des jeunes a grimpée en flèche comme le prédisent les tenants d’une criminalisation jusqu’au-boutiste?

Pour répondre à cette question plusieurs études ont été menées au niveau européen comme celles menées sur les comportements sanitaires en milieu scolaire publiées par l’organisation mondiale de la santé ou encore celles toutes récentes de l’agence européenne OEDT (Observatoire européen des drogues et des toxicomanies ou EMCDDA en anglais) sur le même sujet.

Il en ressort que le cannabis reste la drogue la plus populaire en Europe avec plus de vingt trois pour cent de personnes entre seize et soixante quatre ans qui admettent en avoir déjà consommé, que son utilisation est en hausse et que son accès est plus facile que jamais. En France plus de seize pour cent des jeunes agé de quinze ans on admis avoir fumé durant les trente derniers jours.

Mais quels sont les pays où l’on fume le plus? Ironiquement il semble qu’en Europe les pays à la législation la plus répressif sont ceux où l’on consomme le plus. L’exemple le plus frappant reste la France, ou la loi prévoit une amende pouvant monter jusqu’à 7500 euros pour la consommation et plus de dix ans pour la culture et le trafic. Ce qui n’as pas l’air d’avoir l’effet dissuasif recherché vu qu’il est prouvé que ce pays reste en tête de la consommation de cannabis en Europe.

Si les sanctions citées plus haut ne sont pas toujours appliquées avec une telle sévérité elle restent néanmoins les plus sévères en Europe occidentale. Vu l’échec probant de leurs efficacités la question de leurs maintiens est légitime. Treize millions de français on déjà fumé du cannabis et le nombre d’usager quotidiens se monterait à plus d’un million. Des chiffres bien supérieurs, même en proportion, avec ceux des Pays-Bas ou l’herbe peut être achetée de manière légale.

Une instrumentalisation politique mêlée à l’influence des lobby pharmaceutiques pourraient expliquer en partie l’absence d’évolution sur cette question dans ce pays. Si on ajoute à cela une méconnaissance voir une désinformation des médias de masse sur ce sujet, on aperçoit un début de réponse. En hexagone il est d’ailleurs légalement interdit de présenter le cannabis sous un jour favorable, assez étonnant dans un contexte ou ses vertus thérapeutiques sont désormais reconnues par la communauté scientifique.

Le Portugal, l’Espagne on déjà mis en route d’autres politiques. La Suisse et l’Allemagne réfléchissent à des changements législatifs qui vont dans le sens de la dépénalisation voir de la légalisation. La France va t’elle prendre la même voie que ses voisins? Les prochaines présidentielles apporteront sans doute un début de réponse avec les propositions des candidats.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here