Retour sur l’édition 2015 de la compétition mondiale de freerun, le Red Bull Art Of Motion qui avait lieu cette année sur l’île de Santorini.

Pour la cinquième fois, depuis la création de cette compétition par la célèbre marque de boisson énergisante, 18 freerunners originaires de 12 pays différents se sont affrontés, devant des milliers de spectateurs, sur les toits de la petite ville grecque de Santorini. Nous vous livrons ici un compte rendu de cet événement exceptionnel, occasion pour les passionnés de Parkour et Freerunning qui n’ont pas suivi le live, d’avoir un retour sur les classements et performances des athlètes, et occasion pour les non initiés de découvrir ce contest unique en son genre.

Plantons le décor, Welcome to Santorini :

Sur la petite île volcanique Grecque, les maisons collées les unes aux autres surplombent la mer Egée, leurs toits blancs, disposés de manière si particulière, étincellent au soleil. On se laisserai volontiers aller à une bonne baignade et à une séance de bronzage, mais ce n’est pas ce qui attire les participants du Red Bull Art Of Motion. Pour les amateurs de freerunning, Santorini, en plus de sa beauté et de son attrait esthétique évident, dispose d’une véritable architecture sculpturale. Les toits s’empilent les uns au-dessus des autres, proposant de grands dénivelés et une continuité de balcons, terrasses et murets, qui offre d’infinies possibilités aux compétiteurs. Pour les organisateurs de l’événement ce lieu est donc autant une évidence qu’un choix.

Faisons rapidement le point sur les sélections, comme l’année d’avant elles se sont organisées via trois moyens différents :

Tout d’abord, les 6 premiers de l’édition précédente étaient qualifiés d’office. Ensuite, les qualifications en ligne, permettant à des sportifs du monde entier de publier une vidéo les mettant en scène, notés par un jury, après vote de préférence par les internautes, ont permis de recruter 6 participants. Enfin, 6 candidats supplémentaires ont été retenus lors des qualifications sur site.

Liste des 18 compétiteurs pour l’édition 2015

Qualification en ligne

Qualification sur site

Pedro Leon Gomez

Espagne

Erik Mukhametshin

Russie

Luci Romberg

USA

Jason Paul

Allemagne

Didi Alaoui

Maroc

Acraf Dibani

Maroc

Pamela Forster

Autriche

Johan Stahle

Suède

Dante Grazioli

USA

Dominic Di Tommaso

Australie

Alfred Scott

USA

Bob Reese

USA

Qualifiés d’office

Dimitris Kyrsanidis

Grèce

Yoann Leroux

France

Pavel Petkuns

Lituanie

Jesse Peveril

Canada

Alexander Baiturin

Russie

Alexander Schauer

Autriche

 

Un jury intransigeant pour une compétition exigeante

Le Red Bull Art Of Motion de 2015 a repris le même fonctionnement que celui des précédentes éditions, à savoir :

Les participants sont divisés en 3 groupes de 6 sportifs, chacun constitués de 2 qualifiés d’office, de 2 qualifiés sur site et de 2 qualifiés en ligne. Chaque freerunner effectue son « Premier Run », et doit évoluer pendant 1 minute 30 maximum, sur fond musical, dans une zone limitée de la ville définie à l’avance et commune à tous les sportifs. Au terme de cette performance, un jury composé de plusieurs athlètes expérimentés, va évaluer la propreté, le flow, la difficulté des mouvements et la créativité de chaque freerunner, donnant lieu à une note sur 600 points au total.

Le « Second Run » se déroule selon les mêmes modalités et oppose les deux sportifs de chaque groupe ayant totalisé le plus de points. L’exercice est à nouveau sanctionné d’une note sur 600 points selon les mêmes critères, d’où l’importance de ne pas répéter le même schéma d’un run à l’autre et d’en garder sous le pied pour pouvoir étonner et séduire le jury.

Toute la difficulté de cette compétition réside dans le fait que la zone d’évolution des sportifs soit commune à tous, ce qui met les concurrents dans une position de recherche de l’originalité à tout prix. De même, au vu des critères de notation du jury, il apparaît que le système de notation est exigeant, en ce qu’il peut sanctionner sévèrement un mouvement très difficile mais exécuté avec une petite erreur, ou un enchaînement simple et réussi mais manquant de fluidité et de créativité.

Des prestations à couper le souffle accompagnées de petites déceptions

À l’image de Dimitris Kyrsanidis, le jeune Grec vainqueur du tournoi pour la deuxième fois consécutive, les performances des athlètes ont été au-dessus de toutes les attentes, mêlant selon les styles des différents sportifs, folie créative, prise de risque, maîtrise et rapidité d’exécution. Chaque sportif a eu une chance de montrer ce qu’il savait faire et quelle était sa conception du freerunning. Ils ont tous démontré énormément de talent et pris beaucoup de plaisir à participer à cette compétition malgré quelques petites erreurs techniques, notamment des glissades, diminuant immédiatement la note des candidats concernés.


DK, a totalisé un score de 467 points sur son second run, avec une suite de 10 tricks sans faute, imposant son style à la fois par des mouvements techniques et une fluidité incomparable.

Le seul Français de la compétition, Yoann Leroux de la French Freerun Family, a quand à lui fini 5ème, malgré l’explosivité de ses deux runs et quelques flips très engagés. Son score final de 380 points a été impacté par une erreur sur son dernier mouvement, très complexe et dont l’exécution n’a pas été parfaite.


Nous aurons d’ores et déjà le plaisir de revoir DK, Yoann et leurs 4 autres camarades, l’année prochaine pour la 6 ème édition des Red Bull Art Of Motion qui promet de belles surprises !

Classement final

Athlète

Pays

Score

Dimitris Kyrsanidis

Grèce

467

Pavel Petkuns

Lituanie

436

Jesse Peveril

Canada

422

Alexander Schauer

Autriche

402

Yoann Leroux

France

380

Alfred Scott

USA

317

 

Revoir l’évènement en entier :

 

Suivre l’actualité du parkour et du freerun

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here